26 novembre 2014

Où le rose a des reflets bleus / des atomes fais ce que tu veux

    Repas hasardeux pour semaine difficile Le téléphone sonne beaucoup et fait vibrer toute la table basse. J’hésite à allumer la petite radio rouge pour couvrir la sonnerie - à ce moment-là je déteste Prokofiev. Les noms qui s’affichent sont la promesse de rendez-vous contraignants. Les contraintes passent dans la boîte vocale. Je suis le genre de fille qui formule dix fois ce qu’elle va dire dans sa tête avant de (r)appeler. Oui bonjour, je vous appelle parce que vous m’avez laissé un message. Je me concentre pour ne... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 23:15 - Commentaires [4] - Permalien [#]

21 novembre 2014

And eight, eight, I forget what eight was for

Les jours où je fais mes adieux au doux pour affronter le dehors Le dehors froid: La vie étudiante me rattrape. Sur mon bureau s'amassent les livres, les codes, les fascicules, les feuilles, les tasses vides. Quartier latin, je fais la queue comme tout le monde, pour la même machine à café que les autres étudiants. Ce n'est visiblement pas la seule machine qui fonctionne, et la qualité des breuvages qu'elle produit ne saurait justifier son monopole, mais je respecte scrupuleusement la malédiction secrète qui semble affecter les... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 23:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 novembre 2014

Les Salades de l'amour, un roman Flammarion

(Pour ceux qui seraient restés sceptiques quant au potentiel de cadeau idéal que constituent les BD, j'invoque le talent de Catherine Meurisse en dernier argument) * * * * * *   Vendredi soir j'ai raté la moussaka, mais de toute façon ce n'est plus la saison. Vendredi soir j'ai même raté le brownie. Tout simple le brownie, deux cent grammes de chocolat noir, cent grammes de sucre (pas n'importe lequel d'après beauàlal', alors j'ai mis le meilleur que j'avais), cent grammes de beurre, etc. Des dosages simples, des chiffres... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 02:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 novembre 2014

Tout un Novembre autour du cou

  Novembre En enfilant la grosse écharpe des derniers recours, j’en veux un peu au mois de novembre de ne pas avoir cherché à nous surprendre cette année. Je regrette de ne pas avoir su prendre en photo la belle lumière qui, il y a quelques jours encore, a su rendre mon brun presque roux.       Je retrouve dans un carnet une impression de cette saison, datant sans doute de l’an dernier : C’est en automne que le soleil se montre le plus doux, délesté des orages et de la moiteur estivale. On chérit... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 18:49 - Commentaires [5] - Permalien [#]
07 novembre 2014

Des lettres de brume et un grain de toute beauté

  Nous donnons à l'été 2010 un nom un peu ridicule pour traduire l'angoisse qu'il nous inspire. Parfois je me demande si c'est tout n'est pas la faute de cet été-là, cet été qui ne nous a pas permis de prolonger le printemps insouciant. Avant je pensais qu'il nous ferait durer des dizaines d'années, que l'isolement dans lequel nous avions dû faire front ensemble et que nous avions su traverser serait notre garantie. C'était peut-être le contraire. Je n'arrive pas à me convaincre tout à fait que les épreuves trop lourdes... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 09:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2014

Les carnets pour les jours où l'on contemple trop - (Un billet entre parenthèses)

Avant je n'aimais écrire que sur mon blog multicolore que je considérais, à tort, comme un précurseur des réseaux sociaux.  Je gardais mes carnets pour ne pas dessiner sur mes feuilles de cours ou, plus tard, sur mes fiches de travaux dirigés. Maintenant les pensées me submergent. Je découvre un besoin d'écrire les impressions pour tenter d'en réduire le nombre. Je fais d'inombrables listes sur mon téléphone, sur des feuilles volantes, sur des fichiers d'ordinateur, sur des post-it dans l'entrée et dans le petit carnet bleu. Je... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 18:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 octobre 2014

Ça coule sur ta joue - courir après des choses qui se sauvent

(J'essaie de dessiner des sourcils qui demanderont "Est-ce que les femmes sont magiques?") Elle dit t'es pas combative. Comme pour lui donner raison, je me remets à pleurer de plus belle.Les mêmes attentes, mêmes questions, mêmes réponses,même douleur, mêmes hoquets,mêmes plis du coeur qui se froisse tout pareil à chaque fois. Même pas mal cette fois, ah bah si.Comme d'habitude l'exaspération, la colère, l'agacement contre moi-même. Je vous jure, je les prends les décisions, j'y crois pour de vrai, je me le dis c'est plus possible,... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 20:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2014

Je garde dans la solitude comme un pressentiment de toi (M.J.)

  Le temps file vite sauf pour moi. Bientôt cinq mois sur le calendrier dans l'entrée. On ne l'utilisait pas trop, il me reste encore des tas de stickers stupides "Dîner aux chandelles", "On sort", "Soirée coquine", "J’t'aime", "Tes parents viennent", "Soirée entre mecs". Dans l'entreprise qui fabrique ces calendriers, les couples sont trentenaires, avec un homme qui entreprend des soirées foot et une femme qui planifie des journées shopping.  Maintenant en début de mois, je barbouille rageusement les conseils au-dessus du... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 22:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 octobre 2014

Lipogramme en R majuscule point

    J'ai regardé à nouveau Camille Redouble, c'était le seul film de l'étagère que j'ai eu envie de revoir seule. En ce mois si propice, j'avais aussi envie de revoir Jean-Pierre Léaud dans un rôle d'horloger qui lui va si bien. Chaque fois que je vois Léaud parler à l'écran, la chorégraphie incroyable de ses mains m'évoque la baguette d'un chef d'orchestre ou d'un magicien qui modulerait le temps. Je crois toujours un peu que la vie va suspendre son cours quand il avance les doigts, le sourcil relevé. J'avais beau... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 01:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2014

Le thé matinal dissout mon sommeil - encore un billet décousu

  Analyse d'un répit La nuit j'ai trop peur d'écrire "ça va mieux" à C. J'ai peur qu'en écrivant ces mots-là, je ne trahisse déjà le fragile apaisement auquel je parviens un peu.Je les écris ici, parce que je sais qu'ils ne m'engagent pas. Que si demain je pleure et supplie à nouveau ce ne sera pas trop grave. Qu'il n'y aura pas de courrier en chemin, dans lequel on m'aura répondu "Je suis contente que tu tournes la page" ou ce genre de chose. J'ai en mémoire d'autres moments où j'ai cru l'apaisement acquis, l'avancée... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 02:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]