30 octobre 2014

Ça coule sur ta joue - courir après des choses qui se sauvent

(J'essaie de dessiner des sourcils qui demanderont "Est-ce que les femmes sont magiques?") Elle dit t'es pas combative. Comme pour lui donner raison, je me remets à pleurer de plus belle.Les mêmes attentes, mêmes questions, mêmes réponses,même douleur, mêmes hoquets,mêmes plis du coeur qui se froisse tout pareil à chaque fois. Même pas mal cette fois, ah bah si.Comme d'habitude l'exaspération, la colère, l'agacement contre moi-même. Je vous jure, je les prends les décisions, j'y crois pour de vrai, je me le dis c'est plus possible,... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 20:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2014

Je garde dans la solitude comme un pressentiment de toi (M.J.)

  Le temps file vite sauf pour moi. Bientôt cinq mois sur le calendrier dans l'entrée. On ne l'utilisait pas trop, il me reste encore des tas de stickers stupides "Dîner aux chandelles", "On sort", "Soirée coquine", "J’t'aime", "Tes parents viennent", "Soirée entre mecs". Dans l'entreprise qui fabrique ces calendriers, les couples sont trentenaires, avec un homme qui entreprend des soirées foot et une femme qui planifie des journées shopping.  Maintenant en début de mois, je barbouille rageusement les conseils au-dessus du... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 22:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 octobre 2014

Lipogramme en R majuscule point

    J'ai regardé à nouveau Camille Redouble, c'était le seul film de l'étagère que j'ai eu envie de revoir seule. En ce mois si propice, j'avais aussi envie de revoir Jean-Pierre Léaud dans un rôle d'horloger qui lui va si bien. Chaque fois que je vois Léaud parler à l'écran, la chorégraphie incroyable de ses mains m'évoque la baguette d'un chef d'orchestre ou d'un magicien qui modulerait le temps. Je crois toujours un peu que la vie va suspendre son cours quand il avance les doigts, le sourcil relevé. J'avais beau... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 01:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2014

Le thé matinal dissout mon sommeil - encore un billet décousu

  Analyse d'un répit La nuit j'ai trop peur d'écrire "ça va mieux" à C. J'ai peur qu'en écrivant ces mots-là, je ne trahisse déjà le fragile apaisement auquel je parviens un peu.Je les écris ici, parce que je sais qu'ils ne m'engagent pas. Que si demain je pleure et supplie à nouveau ce ne sera pas trop grave. Qu'il n'y aura pas de courrier en chemin, dans lequel on m'aura répondu "Je suis contente que tu tournes la page" ou ce genre de chose. J'ai en mémoire d'autres moments où j'ai cru l'apaisement acquis, l'avancée... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 02:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2014

On apprenait par coeur: infusé d'astres et lactescent

  Je me force à émerger de mon cimetière de mouchoirs usagés, le corps tout engourdi par la grippe annuelle. La maladie a un effet étrange de sensations cotonneuses, de rêves d'amour fiévreux et de tristesse au ralenti.Je jette aux encombrants les objets qui encombrent. Ma mère de passage ce weekend là, décrète il y a trop de souvenirs dans cet appartement. Elle nous invite ensuite à dîner avec R. chez l'indien de la rue Cail, et je songe à ma mémoire, bien plus encombrée par les souvenirs que ne l'est l'appartement. Le lundi... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 20:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 octobre 2014

Où l'on apprend que finalement la photo a été prise en Grèce

    Le gris désespérément monochrome du mois d’octobre et la nuit qui tombe trop tôt m’auront convaincue de ne pas attendre davantage pour le porridge pomme-raisin-cannelle. Les vapeurs du thé et l’odeur sucrée se trouveront être de bonnes alliées face à l’attente pénible d’une sonnerie de téléphone qui n'arrive pas. Chez moi le téléphone est toujours source d’angoisse, même avec C. que j’ai préféré rejoindre au milieu de la nuit, il y a quelques mois, pour sangloter près de son visage endormi plutôt que de composer son... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 16:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 octobre 2014

Sous un conifère enlacés

  Maintenant on se fait la bise.Je penche la tête vers ces joues incongrues.Près des yeux verts, pour toujours espiègles.A côté des oreilles aux souvenirs sensuels. Et puis le front qui rassure, en douceur de cheveux.J'aimerais plutôt les embrasser eux.La bouche aussi, évidemment, avec ces lèvres qui ont l'air d'avoir goûté toutes les framboises de l'été.Et mes lèvres qui auraient voulu goûter toutes les mûres.J'aimerais bien un baiser confiture.Mais j'embrasse l'air qui n'a rien mérité, la tête penchée vers ces joues... [Lire la suite]
Posté par Eloustic à 23:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]